Smiley

la (Singulier) Guerre de livraison

0

Au cours des dernières semaines Nous avons reçu de nombreuses demandes de renseignements sur l’activité de livraison dans les restaurants. De nombreux hôteliers qui n'avaient pas manifesté d'intérêt pour l'envoi de leur gastronomie à la maison (certains d'entre eux directement belligérants contre) ont été poussés à lancer ce secteur d'activité comme seule option ces semaines et comme une option pour l'avenir pour rester. Les doutes ont été nombreux et les jugements de valeur et les préjugés ont été plus. J'écris ces lignes pour faire la lumière sur ces questions et Je vais essayer de le synthétiser dans les trois blocs qui, je pense, suscitent plus d'intérêt:

1. La relation avec les plateformes d'agrégation (voir Glovo, Deliveroo, UberEats et Juste manger en général)

  • Les agrégateurs sont des AFFAIRES, pas une ONG et leur entreprise est d'offrir un canal de vente leader PAS LA DEAL….La livraison est un service supplémentaire nécessaire afin d'approvisionner le marché depuis de nombreux restaurants ils ne pouvaient pas non plus (ILS NE PEUVENT PAS) maintenir sa propre structure de coureurs.
  • L'immense l'essentiel du budget des agrégateurs, il va en payant les coureurs. Également en ingénierie parpour améliorer leurs algorithmes et rendre toute la chaîne de valeur de la distribution plus efficace. C'est un mythe que les tarifs de livraison sont élevés (alors nous allons plus loin).
  • Les agrégateurs sont globalement en perte, car ils n'arrêtent pas d'investir pour ouvrir de nouveaux marchés, s'installer sur des marchés immatures (tous) et améliorer leurs algorithmes. Sa théorie et celle de ses investisseurs -très solide et basé sur des études très compétentes- c'est que le marché continuera de croître à une vitesse telle que le seuil de rentabilité sera bientôt dépassé. À part ça, en général, dans les villes où ils font de l'argent, ils ne gagnent pas beaucoup plus que 1 et 2 € par commande (en fonction du ticket moyen de chaque commande et de nombreux autres facteurs)
    • Restaurants partenaires d'agrégateurs qui sont des chefs de vente et accumuler le 80% ordres ils reçoivent les agrégateurs habituellement avoir des commissions bien en dessous de la 30%. La commission répond à l'offre et à la demande: Si vous êtes un leader exceptionnel sur votre marché, les agrégateurs vous offriront de meilleures conditions car ils ont besoin de vous. (MAIS CE QUE CELA SIGNIFIE D'ÊTRE LEADER DU MARCHÉ, ILS DÉCIDENT…PAS TOI). Plus la commission qu'ils vous offrent est élevée, moins d'intérêt qu'ils ont pour vous et ce qu'ils vous offrent, réellement, c'est que vous pouvez entrer pour tester si vous fournissez une valeur qui mérite d'être mise à l'avenir.
    • Les agrégateurs sont un PORTAIL COMMERCIAL, ce qu'ils offrent sont les CLIENTS potentiels pour qu'ils choisissent leur option de restaurant. C'est leur force et l'avantage qu'ils offrent à de nombreux restaurants: Que la plupart des clients qui souhaitent être livrés iront à un agrégateur pour trouver quel restaurant choisir et qu'ils ne passeront pas de temps à le chercher à l'extérieur.

2. Le portail de vente cast et propre

  • Bien sûr: Si vous ouvrez le canal de livraison, pourquoi pas générer votre propre canal de vente? C'est logique et quoi cela devrait TOUJOURS être fait. C'est votre affaire et vous devez avoir une ligne directe avec le client. Il est nécessaire de communiquer que les plats à emporter et la livraison se font sur votre site internet, dans les locaux et RRSS.
  • Les clients ils doivent pouvoir passer vos commandes via votre site web et RRSS. Il existe de nombreuses options d'applications et de logiciels qui génèrent votre propre marché sur le Web et RRSS facilement et économiquement..
  • La meilleure option est que votre propre personnel peut conclure les accords dans l'environnement immédiat marcher ou faire du vélo. C'est plus facile (et pas cher) mettre une personne supplémentaire sur place pour couvrir la demande initiale de l'environnement que de se doter de distributeurs exclusifs pour effectuer la livraison.
  • Il existe de nombreux services de livraison externes que vous pouvez facilement ajouter à votre propre canal de vente Web et RRSS.…Ils ne sont PAS moins chers que les pourcentages d'agrégateur et n'améliorent les coûts que si les commandes des clients sont élevées et rapprochées. C'est une illusion de penser que c'est beaucoup moins cher que de payer l'agrégateur….qui vous apporte également la vente.
  • Avoir ses propres concessionnaires coûte cher: vous devez faire toute la gestion de l'incorporation et de l'embauche, garder les coûts fixes du contrat minimum et ajouter un bonus pour la commande habituelle dans le secteur. Cela n'a de sens que si le volume de commande est élevé et connu. En outre, pour que nos propres distributeurs soient efficaces il est essentiel d'avoir un logiciel de gestion des clients et des itinéraires, gérer et les données d'une part et améliorer l'efficacité des transactions (apporter 2 commandes uniques, par exemple). Vous devez développer des compétences minimales de base.
  • La propre plateforme de vente (Web ou RRSS) vous avez besoin de COMMUNICATION et PROMOTION qui consomme du temps et des ressources économiques. Cet investissement doit toujours être supposé, mais bien plus si les agrégateurs sont renoncés et possèdent est le seul canal de vente.
  • Comme dans toutes les entreprises, si vous vendez beaucoup, vos frais de livraison vont baisser…et commissions d'agrégateur, aussi.

3. Les nouveaux modes de livraison: L'explosion des marques virtuelles.

  • Une autre des grandes transformations du secteur qui s'est beaucoup accélérée est la création et la promotion de marques virtuelles, Quoi, par définition, operan en cuisine sombre dans un sens conceptuel (sont des marques uniquement pour la livraison, Comment sont les DarkKitchen). Le développement de marques qui n'existent que pour la livraison est devenu presque un nouveau classique qui complète les ventes des marques principales.
  • L'augmentation de la demande de livraison rend nécessaire l'apparition de nouvelles marques qui couvrent des marchés de niche qui ne sont pas bien couverts., à la fois en raison de la spécialisation de la nourriture et parce que dans certains endroits spécifiques, aucun type de nourriture n'est présent.
  • Combiner votre propre marque avec des marques virtuelles dans le même espace permet de rentabiliser la livraison et les espaces.
  • Ils commencent à être accessibles marques franchisées pour fonctionner comme des packages virtuels et même pour fonctionner dans la même cuisine et remplir des niches vides sur les marchés locaux.

A propos de l'auteur

Manel Morillo

Je suis pratiquement né derrière le bar d'un bar et j'étais derrière elle depuis de nombreuses années (et même le trafic que je peux). l'apprentissage tout au long de et au bureau. Maintenant, je me consacre à aider les hôteliers à améliorer leurs profits en améliorant la gestion de ses #restaurantes et concepts innovants. Je me spécialise dans les chaînes de restaurants qui ont besoin de professionnaliser et de se tourner vers l'avenir

s'abonner

Laisser un commentaire