fbpx Smiley

Un tribunal français oblige les assureurs à couvrir les pertes des restaurants suite à une pandémie

0

Après la ruée de Noël, la tranquillité a saisi les établissements de Stéphane Manigold, un homme d'affaires français qui dirige le Substance, la Contraste, la Maison Rostang, et le Bistrot d’à Côté Flaubert dans le pays français. Il n'imaginait pas ce que mars apporterait, sans parler de la bataille juridique qu'il aurait avec son assureur peu de temps après.

Avec l’arrivée du crise du coronavirus, Stéphane n'a pas eu d'autre choix que d'interrompre le service dans ses quatre magasins. Son chiffre d'affaires a fortement chuté et il a commencé à chercher des solutions qui lui permettraient de rouvrir dès que les mesures de confinement et de distanciation sociale se seraient assouplies.. Pour cela, il faudrait être dans la meilleure situation économique possible, ainsi a enquêté sur la compensation qui lui était due selon le contrat signé avec votre assureur.

Pour évanouir Stéphane, la compagnie avec laquelle il avait contracté l'assurance a indiqué qu'aucune clause ne le protégerait de la situation actuelle. AXA, l'un des plus grands assureurs de France, éludé ses responsabilités affirmant que l'hypothèse d'une pandémie n'était pas explicitement incluse dans le document.

Perplexe, Stéphane a décidé de se battre et a traduit AXA en justice à Paris, et là il a été jugé en faveur du professionnel de la restauration.

L'affaire est intéressante car elle ouvre la porte à de nombreuses autres entreprises du secteur pour bénéficier de peines similaires.. Le précédent établi à Paris a déjà trouvé écho dans les médias et parmi ceux touchés par le manque de couverture des assureurs.

En France, AXA s'engage à servir les cas d'autres restaurants dans des situations similaires. Malgré cet acte apparent de bonne foi, le fait que l'entreprise fera appel de la peine obligeant l'entreprise à verser au restaurateur un montant égal aux bénéfices escomptés au cours des deux mois au cours desquels la pandémie de coronavirus a affecté l'activité de Stéphane.

Manigold est ainsi devenu une lueur d'espoir chez les restaurateurs qui se sont sentis abandonnés par leurs politiques.. Les messages proviennent des coins les plus inhabituels du monde pour le manager, et Stéphane lui-même affirme qu'il reçoit des courriels fréquents de professionnels du secteur basés dans des pays comme le Royaume-Uni, Espagne, DE. LA. o Afrique du Sud, qui souhaitent connaître les détails de leur contrat avec AXA ​​pour savoir s'ils ont la possibilité d'être indemnisés par leurs assureurs locaux.

«Esta decisión en París resuena a nivel global», comentaba extasiado Stéphane Manigold. Y tiene razón, en EE. UU. y Reino Unido los profesionales del mundo de los restaurantes ya se organizan. Pretenden tumbar al Goliat de las aseguradoras a través del asociacionismo. Tal como indicaba la abogada de Manigold, Anaïs Sauvagnac, «Esto significa que todas las compañías con la misma cláusula pueden enviar apelaciones a sus aseguradoras».

Así, parece bastante probable que los restaurantes que hayan tenido la suerte de contar con el punto ambiguo origen de la discordia (solo el 10% de los contratos con restaurantes lo recogen, de acuerdo a comentarios emitidos por AXA), reciban una compensación que le ayude a seguir adelante con su negocio.

De acuerdo a algunos analistas, la batalla legal entre AXA y los restaurantes podría ser el preludio de algo mayor. Atendiendo a la opinión experta de Benjamin Serra, representante de la afamada agencia de calificación Moody’s, no es descabellado pensar que los organismos reguladores nacionales obliguen a la aseguradores a mantener un fondo de compensación adicional para enfrentar este tipo de supuestos catastróficos. Ello, claro está, irá en detrimento de los beneficios que percibirán las aseguradoras este año.

En Reino Unido, los responsables financieros de la nación ya han comenzado a moverse en este sentido. Y es que garantizar que el tejido empresarial del país resiste la crisis del coronavirus se ha convertido en una prioridad máxima ahora que el número de contagios y muertos causados por la pandemia desciende.

En un país como España, donde los establecimientos dedicados a la restauración suponen un porcentaje nada desdeñable del entramado económico del país, es previsible que también se observen y demanden soluciones en este sentido. Queda en manos de los profesionales del sector el hecho de exigirlas.

Rate this post

Sobre el autor

Artículo realizado por el equipo de redacción de DiegoCoquillat.com. Cuenta con profesionales tanto en el terreno de la hostelería, gastronomía y turismo, como en de las nuevas tecnologías e innovación.

Suscríbete

Deja un comentario